Retour

 Milly la Forêt - 14 et 15 mai 2005


   Week-end de la Pentecôte européen : welcome (anglais), laipni lūdzami (letton), willkommen (allemand), maren moien (luxembourgeois), vitáme vás (tchèque), bienvenue au XIIème tournoi international de Milly-La-Forêt.

   Pour la 4ème année consécutive, le week-end de la Pentecôte (écourté cette année…) était l’occasion pour les poussins du club de se mesurer au football européen. Le rendez-vous était fixé en Essonne lors du XIIème tournoi international organisé par le Football Club de Milly-la-Forêt (91).

  


  
En route vers la « Capitale ».

   Ce vendredi 13 (!), le rendez-vous du départ avait été fixé à 17h30 au siège du club de notre cité de l’écrit et des métiers du livre. Pour fêter et arroser ce départ vers la «capitale», une pluie de grêle s’était invitée remplaçant le champagne un peu trop onéreux… et peu recommandé pour prendre la route. Les véhicules chargés de duvets, équipements de foot et autres spécialités culinaires de la région, les Macarons étaient fins prêts à se rapprocher à quelque 50 kilomètres au sud de Paris pour rejoindre un petit village situé dans le parc naturel régional du Gâtinais français en Essonne : Milly La Forêt.

   Après avoir roulé quelques heures tout en improvisant un jeu de piste… (on dit bien que tous les chemins mènent à Rome !!), les dix chanceux (Thomas Baudinière, Quentin Bregeat, Clément Bielinski, Rémi Chagnon, Célestine Chevillard, Marvin Delattre, Dylan Guyot, Pierre Métais, Mathieu Naulleau et Guillaume Savatier) de ce week-end magique se retrouvèrent sur le parking du stade de nos hôtes entre 22h00 et 23h15.

   Accueillis par Philippe Cayet, dit « Fifi », le G.O. du tournoi, les bagages déposés dans la tente, les enfants encadrés par les Patrick Chagnon et Patrick Savatier aidés de Géraldine et Franck les parents de Célestine, se retrouvèrent sous la tente réfectoire pour y déguster un repas tardif, mais bien venu pour toute la délégation. Le repas terminé, tout ce petit monde rejoignait les lits picot tandis que les parents, frères et sœurs le camping ou l’hôtel.
 

  
  
Un samedi de feu que la pluie n’aura pu éteindre.

   La nuit, arrosée par une forte pluie incessante (par Toutatis, pourvu que le ciel ne nous tombe pas sur la tête !!), allait être très courte, car le réveil du samedi avait été fixé à 7 heures pour pouvoir respecter le programme.

   P’tit déj copieux, toilettes, défilé dans les rues de Milly et cérémonie d’ouverture devaient nous emmener jusqu’à 10 heures, horaire prévu pour faire résonner le premier coup de sifflet du tournoi. Avec un timing serré, cette météo d’automne non planifiée n’était pas la bienvenue pour le bon déroulement de toutes les festivités. Qu’importe ! La longue expérience des organisateurs, en direct live avec Météo France…, a pu permettre de respecter au mieux le programme.

   Défilé entre les gouttes, heu… pas toutes, morceaux de musique écossaise écourtés (les cornemuses prenaient l’eau, si si !!), la chorégraphie des pom-pom girls réduite, seul l’hymne européen fut maintenu. Tout ceci afin que les enfants ne soient pas détrempés bien avant d’avoir foulé les deux superbes terrains… eux aussi gorgés d’eau !!

   La cérémonie conduite de main de maître permit de présenter toutes les formations présentes sur le site.

   Les 24 équipes présentes étaient réparties en 4 groupes de 6 :
 
GROUPE 1 :
Bagneux-Nemours  (77)
Forest Row (Angleterre)
Montmorillon (86)
Morangis (91)
Villemandeur (45)
Boutigny (91)
GROUPE 2 :
Skonto Riga (Lettonie)
Rosport (Luxembourg)
Serent (56)
La Rochette (77)
Ballancourt (77)
Milly 2 (91)

GROUPE 3 :
Oldenburg (Allemagne)
Carentan (50)
Maisse (91)
Lisses (91)
Soisy/Seine (91)
Malesherbes (45)

GROUPE 4 :
Slavia de Prague (Rép- Tchéque)
Morsbach-Holpe (Allemagne)
Milly 1 (91)
Les Ulis (91)
Etampes (91)
Champcueil (91)


   C’est donc sous une forte pluie, après les échanges de fanion et de macarons qui seront répétés à chaque match, que nos jeunes blanc et noir entamèrent leur tournoi face à Morangis. A la fin des 10 minutes de match, les Macarons pouvaient serrer la main de leurs adversaires, satisfaits d’avoir réussi leur entame de poule avec une victoire sur le score de 2 à 0.

   La première préoccupation du staff à l’issue de chaque rencontre était de mettre les enfants à l’abri et de s’occuper des tenues trempées. Et là encore, les bénévoles de Milly avaient eu la présence d’esprit de ramener dès le matin trois sèche-linge qui se sont avérés d’une utilité indéniable durant toute la journée.

   Une heure plus tard, l’U.E.S.M. arrosée à nouveau par une pluie battante se retrouvait sur le gazon, pour affronter Bagneux. Encore une fois nos p’tits footeux et footeuse… nous régalaient par un jeu limpide dirigé vers l’avant. Le score de 1 à 0 ne reflétait pas la domination imposée durant tout le match.
Heureux, les Montmorillonnais se congratulaient pour cette seconde victoire… tandis que les parents s’inquiétaient de leur santé ; ah les parents, que des perpétuels inquiets… !!

   Le déjeuner fut joyeux et nourri d’anecdotes croustillantes. De retour sous la tente, les jeux de cartes (merci maman Géraldine) permirent de maintenir tout ce petit monde au repos et au sec jusqu’à la prochaine rencontre prévue à 15 heures.

   Boutigny, troisième adversaire de la poule, donna tout de suite l’image de l’équipe qui avait besoin de se rassurer et d’engranger quelques points afin de rendre leur tournoi bien plus palpitant. Mais l’adversaire en avait décidé autrement. La spirale de la victoire était dans leur camp et les Macarons ne souhaitaient nullement la partager. Le score de 1 à 0 permettait de consolider leur classement.

   Pour clôturer la 1ère journée du tournoi, Montmorillon terminait face à Villemandeur, auteur de 2 matchs gagnés et d’1 match nul. La suprématie du groupe était donc en jeu. 1 à 0, ouf, la journée de dimanche s’annonçait sous les meilleures auspices. Seul leader, les blancs et noirs ne pouvaient plus se faire rattraper et étaient certains de terminer 1er du groupe quel que soit le résultat du lendemain face aux Anglais.

   La soirée commença par une douche collective bien méritée suivie d’un dîner. Ce dernier fut animé par les enfants Montmorillonnais suivis par les Allemands, Anglais et autres équipes de la région. Les bénévoles, les parents et les éducateurs n’étaient également pas avares de mots et d’histoires drôles. Vers 21h30, «maman Géraldine» dirigea la petite troupe vers la tente pour que les batteries se rechargent au maximum durant la nuit afin que la journée du dimanche soit aussi fructueuse que celle qui venait de prendre fin.

   La visite de quelques parents joyeux…, de retour de la petite soirée qui avait suivi le vin d’honneur offert par la municipalité, n’a pas empêché les yeux de se fermer et les rêves de se remplir de ballons et de trophées après ce samedi de feu que la pluie n’aura pu éteindre.

 

   Premiers matchs internationaux d’une longue carrière…

   Après une nuit snobée par la pluie, tout le monde eut l’agréable surprise de découvrir un ciel bien plus bleu que les deux jours précédents : les deux superbes terrains avaient retrouvé leur couleur, les gens un sourire bien plus éclatant que le samedi. Bref, la fête s’annonçait encore plus belle que la veille !!

   Le premier match de la matinée était particulièrement spécial. Classement ? Non, les jeux étaient faits. Vainqueurs du tournoi ? Non ils n’étaient pas dans la poule, alors, qu’avait donc de spécial ce match ? IN-TER-NA-TIO-NAL !!!! Cette rencontre avait un air de Champions League, de championnat d’Europe, voire de Coupe du Monde !! Pour la première fois de leur longue carrière…, nos poussins avaient face à eux une équipe étrangère, de plus Anglaise…

   Après le traditionnel échange de fanions et les poignées de main (moment sincèrement très émouvant pour tout le monde) l’arbitre sifflait le coup d’envoi. Les Macarons n’avaient pas à rougir du jeu proposé, mais durent plier sur une frappe du 11 qui tenait à lui tout seul « la baraque » anglaise. A l’issue des poules, l’U.E.S.M. terminait seule équipe avec 17 points, 4 matchs gagnés, 1 perdu, 5 buts marqués contre 1 seul encaissé.

   Le quart de finale qui s’annonçait en début d’après-midi pouvait paraître difficile, mais, quoi qu’on en dise, toute la délégation montmorillonnaise y croyait fortement. L’adversaire, La Rochette venait de s’extirper de sa poule à la seconde place et avait fait montre d’une réelle vivacité et d’une envie débordante aux dires des observateurs.
 
   Le repas fut tout de même vivant et les estomacs demandeurs, peut-être trop… La préparation de l’avant match écourtée par l’attente du photographe et l’horaire avancé du match n’a hélas pas aidé nos p’tits qui se présentaient sur la pelouse sans avoir touché un ballon.

   Dès l’entame du quart, les Macarons n’arrivaient pas à retrouver le tonus et le jeu qui avaient fait leur force lors des matchs de poules et qui en faisaient les favoris du public. Alors que les nombreuses attaques de La Rochette mettaient le feu dans le camp blanc et noir, les Montmorillonnais n’arrivaient pas à inquiéter le gardien adverse qui passait une rencontre bien tranquille. Par deux fois, la gardienne Montmorillonnaise alla chercher le ballon au fond de ses cages et les espoirs d’accéder au dernier carré s’amenuisèrent totalement au coup du sifflet final. Les pleurs francs et les larmes retenues furent vite effacés après le discours des coachs et des parents. Remotivée, l’équipe se présenta avec un moral tout neuf pour le match suivant.

   Second match international pour Montmorillon… habitué à ce genre de rencontre !!! Holpe, second de leur poule, battu en quart par le plus petit score se devait de gagner pour être l’équipe étrangère la mieux classée du tournoi. De l’avis général de beaucoup de monde et particulièrement de celui de nos deux 13 ans 1ère année, Maxime et Charles venus encourager respectivement frère et sœur, les Montmorillonnais disputèrent leur meilleur match de la compétition. L’adversaire était de taille et pour faire un beau match, il faut deux équipes pleines d’envies. La victoire aurait pu être empochée par l’une ou l’autre équipe, et ce fut la notre qui plia sur une petite erreur de défense.

   L’heure du dernier match du tournoi sonna pour l’U.E.S.M. qui, pour obtenir le meilleur classement obtenu depuis les trois années précédentes, devait battre Bagneaux-Nemours pour se hisser à la 7ème place. Après l’ouverture rapide du score, nos poussins se firent rejoindre à la marque par une équipe pas spécialement explosive, mais sachant faire circuler intelligemment le ballon en construisant sans précipitation de belles actions qui les menaient très souvent dans la surface montmorillonnaise. Sur un contre tonitruant, les blanc et noir obtenaient la victoire grâce à une belle frappe qui ne laissait aucune possibilité au gardien, abandonné par sa défense prise de vitesse.

  Voilà ! La joie de l’instant pouvait s’exprimer et les enfants se reposer en attendant la cérémonie de clôture tant contée par les « anciens » des années passées. Les « frérots » avaient profité des instants de libre pour commencer la récolte des récompenses en marquant de leurs empreintes le concours de tirs au but organisé sur les deux jours de tournoi.

   Le ballon de la finale arrivé du ciel sous le bras d’un parachutiste fut encore un instant magique, même pour ceux qui ne la jouaient que dans leur tête. La présentation nominative terminée, les Ulis et La Rochette (tiens, les revoilà !!) pouvaient disputer en deux fois 10 minutes la finale du tournoi. En sens unique celle-ci se concluait sur un score, en faveur des Ulis, qui ne pouvait être discuté.

 

  Hymnes nationaux, podium et récompenses.

   L’arrivée des 24 délégations composées des 240 joueurs, des 72 éducateurs, du corps arbitral, des porte-drapeaux, des pompom girls, des photographes, des organisateurs… ne pouvaient pas laisser indifférents les participants ainsi que le public venu très nombreux.

   Les hymnes européen (l'hymne à la joie), suivi de celui des Allemands (Einigkeit und Recht und Freiheit), des Luxembourgeois (Ons Heemecht), des Tchèques (Kde domov můj), des Lettons (Dievs svētī Latviju) et des Anglais (God save the Queen), sans oublier notre Marseillaise, donnèrent un air solennel à la cérémonie. Mes poils hérissés, mes yeux humides et ma bouche sèche témoignaient de l’état dans lequel devaient se trouver les enfants…

   A l’appel de «Fifi», les équipes se présentaient sur le podium, applaudies par tout le monde, et recevaient des mains des différentes autorités municipales, sportives ou commerciales leur trophée, tous plus beaux les uns des autres. L’équipe victorieuse, Les Ulis, eut droit au célèbre hymne de la Champions League «We are the champions» et à une pluie de confettis. Photos, bises, poignées de main, congratulations et chants vinrent boucler ce XIIème tournoi international sur cette bonne parole : good bye, see you next year (anglais), uzredzēšanos, tiksimies nakošgad (letton), tschüd, bis nachstes jahr (allemand), addi, bis nächst joer (luxembourgeois), nashled aoaer za rok (tchèque), au revoir et à l’année prochaine !!

   Le retour vers Montmorillon fut calme. Les protagonistes de ce fantastique week-end, pleins de rêves en tête, s’endormirent sur les banquettes arrières tandis que les parents se remémoraient les grands et les petits instants qui font que l’on ne regrette pas d’avoir des enfants, même pas toujours sages…, qui aiment le sport et plus particulièrement le football…

 

  Un « peuple » fantastique d’irréductibles Gaulois.

   C’est après quelques jours de recul… et de repos… que l’on réalise réellement l’immense boulot effectué par ces quelque 70 Gaulois bénévoles et infatigables.

   L’organisation a débuté bien avant par la recherche des partenaires, l’envoi des invitations à travers l’Europe, les innombrables réunions tardives après le travail de la journée… Tout avait été pensé, même les impondérables de dernières minutes (qui rendent la vie bien plus excitante !!) qui ne pouvaient se traiter qu’à l’instant T. Pour exemple la météo qui a obligé les organisateurs à trouver dans un délai très court des sèche-linge.

   Alors pour leur gentillesse, leurs «mines» fatiguées, mais toujours souriantes…, les gens du «huit six» remercient, certainement en oubliant quelques noms et pseudo (classique…!!), la bande de chevelus qui n’eurent même pas peur que le ciel leur tombe sur la tête par Toutatis !!!!!!!!!

   Merci à Michel le Président, monsieur le Maire (pilote de la Tracteur team), Fifi et Lolo, Francky, Annabelle, Sandrine (t’emballe pas), la B.A.C (Brigade Anti-Crottes) Yannick et Kakor, Obélix, Martine, les pirates aux bonnets rouges, Jeannine, Nenette, Astride, Isabelle, Monique, Gilles et Serge du « syndicat », les mangeuses de crêpes, l’institutrice Christine (qui mange également beaucoup de crêpes…), Alain dit Tatave le roi de la poubelle, Gilles (bis), Christian(s), Pascal(s), Jean-Pierre, Hervé aux tirs au but, Nini, Jean-Luc le pompier de service (dit le 18), Mathieu, Charlotte, Sylvie, fred, Alain, Momo, Nanar, Alain, Pascal, le corps arbitral composé des 18 et des 15 ans Cyril, Arnaud, Benoît, Marc, Mickaël, Adrien, Aurélien, Thomas, Nicolas, Yoyo, Nils, Gautier, Charles-Antoine, Patrice et Pascal les rois de la frite… et tous les autres...
 

Franck Chevillard

Les poussins de l'UESM au pays des irréductibles Gaulois les 14 et 15 mai 2005


 

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001