Retour

 Les quatre saisons de Jean Pierre Bernard


   Le 23 juin 1998, à La Beaujoire, en attendant le match Chili - Cameroun que nous étions venus regarder ensemble, Louis David, alors président du District de football de la Vienne, me confiait : "Vous allez voir, ce que Jean Marie est en train de construire avec Jean Pierre Bernard à l'UESM va être formidable !". A l'époque je ne connaissais pas bien plus le premier (Jean Marie) que le second (Jean Pierre). Mais je garde de cette conversation comme le souvenir d'un point de départ, le souvenir d'un projet qui naît pour réussir entre deux hommes d'expérience qui l'un comme l'autre croient en la même valeur. Celle qui dit que le football est avant tout une merveilleuse aventure humaine : la preuve !

 

   9 avril 2002. Alors que se termine la saison 2001-2002, et que le bilan que nous oserons anticiper de quelques journées nous laisse à penser que le printemps sera beau pour l'UESM, nous n'allons pas manquer d'analyser la situation et de chercher l'origine de ces réussites. Les acteurs sont nombreux et tous à leur niveau apportent leur pierre à l'édifice. De l'opiniâtreté de l'infatigable Fabrice Tessier, à celle plus discrète d'Alain Bonhivers, le patron de la 2,  de la passion débordante de Joël Caillaud, le partenaire de l'équipe 1, à la gestion rigoureuse d'un bureau expérimenté, du retour calculé d'un extraordinaire Jérôme Billac à l'arrivée inattendue du fougueux Foued Alem (26 buts à eux deux), en passant aussi par la reconnaissance du travail de tous, jour après jour, joueurs, éducateurs, dirigeants, naît et grossit une spirale qui entraîne le club tout entier vers le succès. Il y a des phases comme celles-ci où on pense que quand les choses vont bien, elle vont de mieux en mieux. Pourtant, il n'y a pas de hasard dans tout ça. Au coeur de cette vague qui porte actuellement l'UESM, il y a un président qui lutte bec et ongles pour porter l'image de son club et qui a à coeur de bâtir avec les autres de vrais projets.

   L'arrivée de Jean Pierre Bernard à l'UESM est le fruit d'un de ces projets. En "signant" un contrat moral de trois ans avec lui, juste avant le mondial 98, Jean Marie Boisset veut avant tout structurer son école de foot. Nous savons bien à Montmorillon qu'une partie de notre force est apportée par les jeunes formés chez nous. Car c'est par eux que vient l'élan initial. Mais c'est aussi grâce à eux, porteurs de l'identité du club depuis leur plus jeunes années, que l'ambiance perdure. Cette ambiance qui fait de l'UESM un club différent (c'est eux qui le disent !). Jean Pierre Bernard, en supervisant toutes les catégories de jeunes, peut assurer une continuité dans l'action. Sans trop bousculer les habitudes, se fondant dans la culture du club, le conseiller technique apporte son concours plus qu'il n'impose sa façon de voir. Pourtant, l'homme a du tempérament ! Il faudra quelquefois se remettre en cause et tout ne passera pas sans grincement de dents. Mais, c'est le lot des relations humaines que d'être parfois complexes. Progressivement, Jean Pierre Bernard apporte son soutien technique aux équipes seniors. Lors de la saison 2000-2001, il participe à la grande aventure de la Coupe de France. Multipliant les déplacements pour étudier le jeu des adversaires, (jusqu'en Pays Basque pour Saint Jean de Luz), il revient avec des indications précieuses pour Fabrice Tessier. Ils apprennent, l'un et l'autre, à devenir complémentaires. Complémentarité qui sera de plus en plus réelle. L'un, Fabrice, voit le match de l'intérieur, l'autre, JP, de l'extérieur, cherchant souvent un point de vue plus élevé qui lui donnera une meilleure vision des forces et des faiblesses de l'adversaire. 

   Fin de la saison 2000-2001. Après trois années de travail, les progrès constatés sont tangibles. L'équipe 3 et l'équipe 4 sont champions. Les 32èmes de finale de la Coupe de France ont marqué la décennie de leur empreinte. C'est tout naturellement que le président demandera à JP de rester une année supplémentaire en qualité de manager général du club. Encore du travail pour ce serviteur du foot qui partage son temps (de loisir, bien sûr) entre ses activités au sein du District de la Vienne où il est responsable de la Commission Technique et celles au sein de l'UESM où on le voit presque tous les jours. Il n'y a, en effet, pas beaucoup de  rencontres, qu'elles concernent les débutants ou les seniors, où on ne le croise pas. Il officie en interne mais s'expose peu. Même s'il prend plaisir à poser avec les joueurs sur les photos, il est de ceux qui travaillent dans l'ombre, inlassablement, et qui tirent de ce labeur un plaisir toujours contenu. Vous ne le verrez que rarement s'enthousiasmer sur la touche. Ou alors juste quelques minutes après la victoire dans les vestiaires comme en témoigne cette photo. Il vit ça à sa façon, ne parle que de progrès, de potentiel, d'apprentissage et... des prochaines échéances. Son dada, c'est la technique.

   Demain, les deux premières équipes de l'UESM évolueront au meilleur niveau régional pour l'une et au meilleur niveau départemental pour la seconde. Ces deux accessions, si elles se confirment, ne seront pas une fin en elles mêmes, juste une étape dans le renouveau du club. Cette étape là a été gagnée par toute une "équipe" d'hommes et de femmes qui partagent la même ambition. Nul doute que le travail accompli par Jean Pierre Bernard aura compté pour sa part dans cette renaissance. Il reste aujourd'hui d'autres étapes à courir. Tous ceux qui veulent vivre cette aventure jusqu'au bout, tous ceux qui veulent donner autant que recevoir, et ceux qui veulent partager, auront toujours leur place au sein de notre association, pourvu qu'ils y viennent pour faire aboutir des projets. 
 

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001