Retour

 Jean Claude Barrault - De l'USM à l'UESM : la formation pour idéal


   Discuter avec Jean Claude Barrault est un vrai plaisir. L'écouter parler de l'apprentissage du football est un régal. Jean Claude est de ceux qui vivent leur passion intensément, pour l'aventure humaine avant tout. D'ailleurs il aime à assortir au récit de sa vie les hommes qu'il a croisé et qui l'ont marqué. Avec humilité, d'une voix toujours très posée, il distille des mots mesurés, sans excès, sans emphase. A l'entendre on découvre vite l'homme de terrain qu'il est. Chez lui, le discours est sobre et il ne vient qu'en appui des valeurs qu'il a fait siennes depuis déjà de nombreuses années.


  
Deux clubs dans ma vie

   Jean Claude Barrault est né le 28 novembre 1957 à Poitiers. Mais c'est à Lusignan qu'il va grandir. Passionné de sport dès sa plus tendre enfance, il va se partager entre l'athlétisme et le football parmi les blancs et bleus de (clin d'oeil !) l'U.S.M. (Union Sportive Mélusine). De cette époque et des Lacroix et Papineau qui vont le marquer pour toujours, il retient la complémentarité des deux disciplines.

   Dans les années 80, Lusignan est aux portes du plus haut niveau régional. En senior, il évoluera en équipe 1 en PH pendant 8 ans, jusqu'à l'âge de 30 ans en tant que joueur puis une année comme entraîneur-joueur que sa sédentarisation professionnelle à Poitiers lui permettra d'assurer dans de meilleures conditions. La descente de son équipe cette année là restera pour lui une petite tache que le perfectionniste qui sommeille en lui mettra quelques temps à effacer. De ces années USM, il aime à se rappeler un match de Coupe de France légendaire contre... Montmorillon alors en troisième division. Ce 26 novembre 1983, sous une pluie diluvienne, l'arrière droit inconsolable verra s'envoler la victoire après avoir poussé l'UESM de Giuntini jusqu'aux tirs au but (3-4, 2-2 à la fin des prolongations).

   En 1991, Alain Felden, l'appelle au Stade Poitevin et lui propose de prendre en mains l'équipe C et les deux équipes juniors. La première est alors en 1ère division départementale. Il assure la montée des trois équipes qu'il va coacher pendant trois saisons.

   L'expérience la plus enrichissante pour lui restera sans aucun doute les quatre années suivantes passées avec les 17 ans nationaux. Quatre années d'abnégation totale où les sacrifices seront grands pour lui et sa famille. Mais quatre années qui lui font prendre conscience qu'il est vraiment taillé pour la formation. Quatre années prospères avec, en point d'orgue, le souvenir d'une formidable victoire sur Nantes à Marcel Saupin.

   Par la suite, avant de retrouver ses 18 ans, il assurera la montée au niveau national des 15 ans du Stade Poitevin.

    "Pour construire et faire prospérer un club, il faut commencer par assurer une formation de qualité. L'école de foot est primordiale. Elle doit précéder la structuration des équipes seniors, et non l'inverse, car elle apporte de la pérennité."    

   Cette vision des choses, l'image que l'homme donne de lui même, et la proximité des lieux ne pouvaient que l'amener à participer à la vie du District de Football de la Vienne. Aujourd'hui membre de la commission technique aux côtés de Jean-Pierre Bernard, il apporte ce qu'il sait faire sur le terrain servant ainsi le développement des jeunes du département. "Ce qui me manque c'est le temps...", regrette t'il.
 

  
  
Le BE1 avec Giresse et le DEF avec Papin, Huart et Six.

   Jean-Claude Barrault est titulaire depuis 2 ans du diplôme d'entraîneur de football (DEF) qui lui confère la possibilité d'entraîner une équipe classées hiérarchiquement en dessous du Championnat National (c'est à dire en CFA et en dessous). "Le D.E.F. est une suite logique du BE1 que j'avais passé en 1992 à Puymoyen en même temps que Giresse et Gengini. J'ai mis du temps avant de me décider. Il n'était pas dans mes objectifs de l'obtenir pour faire autre chose, mais j'avais aussi un peu envie d'aller à Clairefontaine." Effet stimulant de la Coupe du Monde ou pas, toujours est-il qu'il s'inscrit à la session de 1999.

   Encore un moment fort dans son existence. Il se retrouvera avec Huart, Domergue, Papin, Six et Galtier, rien que ça... mais il échouera ! Des 90 points nécessaires pour être admis, il n'en récoltera que... 89. C'est vexant, avouons le, mais c'est aussi encourageant. La deuxième fois sera la bonne.



  
L'UESM pour un nouveau challenge

   Jusqu'à hier encore il avait en charge les deux équipes 18 ans du club phare Poitevin (Honneur et PH). Il y supervisait aussi l'ensemble de l'école de foot.

 
 Alors que la page du Stade Poitevin se tourne pour lui, avec un DEF en poche, nombreuses sont les propositions qui sont faites à Jean Claude Barrault en cette fin de saison 2002-2003. Mais le diplôme n'est pas la seule motivation des clubs qui l'appellent. Certes, l'obligation faite aux clubs de niveau DH et supérieur d'avoir des entraîneurs diplômés est une des causes. Pour ce qui est de l'homme, le "papier officiel" qu'il a en poche matérialise ses compétences et son potentiel. Mais il y a plus. Poitevin depuis toujours, l'homme est bien connu des milieux sportifs dans la Vienne. Et parmi tous ceux qui l'ont côtoyé de près ou de loin, vous n'en trouverez pas beaucoup qui le dénigreront. Barrault à bonne presse et celle-ci est fondée. On le présente comme un éducateur né, intègre et franc. Homme de parole, il place la fidélité et la confiance à un degré très élevé. Pour lui, le mot "séparation" est sans doute un des plus cruels qu'il connaisse et si cet événement doit arriver, il fera tout pour que ce ne soit pas lui qui l'initie.

   Alors, parmi toutes ces demandes qui l'honorent, il cherchera celle qui lui apportera le plus de stabilité et qui correspondra le mieux à ses nouveaux objectifs. Après des années passées à manager des équipes de jeunes, l'entraîneur manifeste le souhait de retrouver l'encadrement d'une équipe senior.

   Dans le même temps, l'UESM recherchait quelqu'un susceptible de poursuivre la construction du club Montmorillonnais engagée depuis 5 ans avec Jean Pierre Bernard. Un homme d'expérience tout à la fois capable d'apporter un réel soutien actif et permanent à Fabrice Tessier, avec de nouvelles idées et un point de vue différent, et un homme qui soit l'animateur d'une commission technique bien en place et dont l'efficacité n'est plus à démontrer. Etre l'interlocuteur de tous les éducateurs, le rouage essentiel entre un bureau directeur qui définit une stratégie et fixe des objectifs et les hommes de terrain qui portent les valeurs et font fleurir les ambitions du Club, voilà ce que demande le président Jean Marie Boisset à Jean Claude Barrault. Ce souhait d'organisation doit s'inscrire dans la durée. Ici, les girouettes et l'éphémère ne sont pas de mise. Jean-Claude Barrault, pour toutes ces raisons se révèle l'homme providentiel. C'est lui dont l'UESM a besoin pour attaquer la saison 2003-2004.

   D'abord hésitant du fait de la distance entre Poitiers et Montmorillon et des contraintes que cela va lui poser (notamment en terme d'horaire), et craignant un moment de ne pas être à la hauteur de son prédécesseur Jean Pierre Bernard qu'il connaît très bien et respecte profondément, il va finalement se laisser séduire par l'opportunité qui s'offre à lui. Méthodiquement, il va chercher à tout savoir du club qui l'appelle. 

   Epoustouflé par la seconde mi-temps du match "Montmorillon - Vasles", le 26 avril 2003 (victoire de l'UESM 7 à 0), et très intéressé par l'organisation efficace et le projet sportif motivant du club Montmorillonnais, l'ex-entraîneur Poitevin va finalement se décider à rejoindre les rives de la Gartempe. Pour le challenge que cela représente pour lui, bien sûr, car il n'a pas l'intention de s'engager à moitié. Et pour la "sécurité" aussi, car entrer dans un club déjà bien structuré, avec un entraîneur bien en place, reconnu par ses pairs et dont les résultats récents forcent l'admiration, laisse une marge de manoeuvre non négligeable. L'adaptation à l'inconnu peut ainsi être gérée avec plus de souplesse. Avec l'humilité et la modestie qui le caractérisent, il sait qu'il pourra apprendre aux contacts des autres et ce principe lui plait bien.

   Pour l'UESM, l'arrivée de Jean Claude Barrault au poste d'entraîneur général est une nouvelle étape de son projet d'organisation. Tout porte à croire en effet que les relations qui s'opèrent entre les hommes en place et l'entraîneur diplômé, seront du type "gagnant-gagnant". Et sur le terrain, demain, lorsque Jean Claude aura laissé la place à Papa's (prononcez Papasse) sur les lèvres de tous les joueurs, éducateurs et dirigeants de l'UESM, la réussite de cette nouvelle page qui s'ouvre sera certaine. 

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001