Retour

 Mathylde Allais - Le foot passionnément comme un art...


  Ce n'est pas que l'UESM soit machiste ou misogyne, mais il faut bien avouer que le football féminin ne fait pas recette à Montmorillon. Ainsi jusqu'à ce mois de septembre 2001, le club ne comptait qu'une seule joueuse dans ses rangs ! Lilas, débutante déjà expérimentée, était bien la seule et unique représentante de la gente féminine à chausser les crampons. Et avec une seule fille pour 230 garçons, la parité homme-femme était bien loin d'être obtenue !
 
   Depuis septembre 2001, tout a changé ! L'UESM a tout simplement doublé son quota en accueillant une benjamine répondant au nom de Mathylde Allais (avec un Y s'il vous plait). Sitôt arrivée, la jeune Mathylde commençait déjà à se faire remarquer. Entendez par là, qu'il ne fallu pas longtemps aux éducateurs du club pour repérer ses qualités naturelles. Résultat, Mathylde a intégré sans aucun complexe l'équipe des benjamins 2ème année où elle occupe le poste de libero et elle enchaîne les stages de perfectionnement au District de la Vienne.


  
"Ce doit être un don."

   Depuis l'âge de 6 ans, Mathylde pratique le football dans un club. Elle a de qui tenir, car son père, Jean Yves, est licencié à La Trimouille. C'est dans ce club que Mathylde, pendant 5 ans, s'est déjà forgé une expérience de joueuse chevronnée avec les garçons. Elle aime bien jouer avec les gars. Le jeu "viril" lui convient bien, elle s'y sent à l'aise. "Je n'ai pas beaucoup de copines, surtout des copains" avoue Mathylde. Dame, il faut dire qu'à l'heure où les filles de son âge s'occupaient de leurs poupées Barbie, mademoiselle Allais, elle, ne jurait que par le ballon rond. "Je ne sais pas comment m'est venu la passion du foot. Je ne pense que ce soit mon père qui m'ait donné envie de jouer..." et elle poursuit "Ce doit être un don !". Car Mathylde n'est pas loin de penser que le football est un art. Un art certes, mais qui demande beaucoup de travail pour progresser. Elle le sait et elle n'est pas de nature à rechigner à l'entraînement. Je me serais même laissé dire que la demoiselle s'arrangerait pour laisser une place pour son ballon dans son sac d'école. A moins qu'elle ne commence par y mettre le ballon, complétant ensuite par les livres et les cahiers (s'il reste de la place, bien entendu). Toujours est-il qu'il n'est pas rare de voir des garçons de 11 à 16 ans courir après le dit ballon entre 2 cours au collège Jean Moulin à Montmorillon. Souvent, c'est le ballon de Mathylde et généralement elle est avec.


  
Retenue dans la sélection de la Vienne des 13 ans

   Dès l'arrivée de Mathylde, à la rentrée 2001, Jean Pierre Bernard, manager général du club et président de la commission technique du District de la Vienne, a eu tôt fait d'apprécier la technique de la joueuse. Il préfère d'ailleurs parler de "joueur" pour mieux faire ressortir le fait que Mathylde joue avec les garçons et comme les garçons. "Mathylde a des bases naturelles exceptionnelles et comme elle est à l'âge d'or de l'acquisition, comme tous les enfants de la catégorie benjamins, toutes ses qualités naturelles représentent un avantage énorme pour les éducateurs.", explique JiPé "Avec un joueur comme elle, on répète pour améliorer pas pour apprendre !". Dans ces conditions, il est plus facile de développer des relations gagnant-gagnant. L'éducateur voit la progression du joueur et le joueur mesure ses progrès au fait qu'on lui propose de nouvelles expériences. Les parents, quant à eux, ne peuvent qu'apprécier ces échanges et cette reconnaissance mutuelle. Bien que totalement dévoué à son club,  Jean Yves Allais, ne regrette absolument pas d'avoir fait signer sa fille chez les Macarons. Il a certes un peu plus de chemin à parcourir le mercredi et le samedi, mais la satisfaction qu'il en tire est à la hauteur du sacrifice. Il faut dire que l'école de foot de l'UESM est suffisamment bien structurée pour permettre la détection des éléments prometteurs et leur offrir un parcours mieux adapté.

   Ainsi, après plusieurs stages de perfectionnement organisés par la section "foot féminin" du District de la Vienne, Mathylde aurait été retenue dans la sélection de la Vienne des 13 ans pour jouer le challenge interdistrict à Prahecq (79) le 10 mars, mais le règlement n'autorise pas la participation des benjamines. De toute évidence, ce n'est que partie remise... à l'année prochaine.

   Elle a aussi été appelée par Rémi Bernardeau pour jouer, avec l'équipe de la Chapelle Bâton, un tournoi régional comptant pour la Coupe Fédérale des 13 ans. Elle y a fort bien tenu sa place sur le terrain, place pourtant inhabituelle comme vous pourrez le lire sur le compte-rendu ci-dessous.

  

PORTRAIT

   Mathylde n'est pas du genre à faire beaucoup de bruit, pas plus sur un terrain que dans la vie en générale. Modeste et discrète, elle ne cherche pas à se mettre en avant et peut même laisser transparaître une légère timidité.

   Si on lui demande, elle avoue que son club pro préféré est le Football Club de Nantes mais qu'elle aime bien aussi l'Olympique Lyonnais. Elle préfère Eric Carrière à Zizou. C'est comme ça ! Son pronostic pour la coupe du monde 2002 s'établit ainsi : 1 : France - 2 : Angleterre - 3 : Argentine. Pour ne parler que des trois premiers, bien sûr.


   Sur le plan sportif, Rémi Bernardeau, dont le moins qu'on puisse dire est qu'il possède une expérience certaine du football féminin, la décrit ainsi :

   - Mathylde est respectueuse des consignes et des conseils donnés (il s'en est rendu compte lorsqu'il lui a demandé de jouer en attaque alors qu'elle joue arrière à Montmorillon);

   - Elle a un fort potentiel technique (pied droit surtout mais elle peut sans doute jouer des deux pieds);

   - Elle a une bonne frappe, de l'aisance technique, un esprit d'initiative et un souci de création non négligeable;

   - A souligner aussi un bon esprit d'équipe, un souci de collectif, le respect des lois et déjà une bonne lecture du jeu;

   - Pour finir, et pour être objectif, donnons deux points à affiner peut être, mais cela viendra avec les années : son jeu de tête un peu limité (mais qui est assez faible en général chez les féminines) et un potentiel physique (mais Mathylde n'a que 12 ans).


   Vous aurez compris que Mathylde à son avenir sportif devant elle. Mais qu'il convient avant tout de ne pas brûler les étapes. Le règlement autorise les jeunes filles à jouer avec les garçons jusqu'en catégorie 13 ans. Il lui reste donc encore deux années pour progresser avec les copains de l'UESM avant de rejoindre une équipe féminine.

   D'ici là, elle ne manquera pas d'être invitée à participer à des stages CPS (Centre de perfectionnement sportif) et nous la retrouverons sans doute dans une sélection départementale pour participer aux différentes épreuves organisées par le District de la Vienne pour les 13 ans (challenge interdistrict). De plus, elle sera certainement en course pour participer à la coupe fédérale des 13 ans l'an prochain.

   Mais nous en reparlerons sans doute plus tard.
 



Samedi 2 mars 2002 : la coupe fédérale des 13 ans à La Chapelle Bâton.


    Plantons le décor. Les acteurs pour commencer. Quatre équipes de la ligue : Soyaux, Poitiers 3 Cités, Limoges Landouge et La Chapelle Bâton. L'enjeu ensuite : les deux premières équipes du tournoi seront qualifiées pour la phase interrégionale qui devrait se disputer le 20 ou le 21 avril dans un lieu à désigner. Cette coupe fédérale des 13 ans est parrainée par les magasins Carrefour qui offrent normalement des récompenses aux équipes atteignant les phases interrégionales.

   Cette épreuve est ouverte aux filles nées en 88 et 89 et aux benjamines 2 nées en 90. Ce qui est le cas de Mathylde.

   Parmi l'effectif de La Chapelle Bâton, ce samedi, figurent 9 filles dont six jouent à La Chapelle Bâton : Lise Vivion (gardienne de but), Marie Millet (arrière droit), Tatiana Berleau (ailier gauche), Adeline Gauthier (demi-centre), Marina Gallot (arrière droit) et Anne Laure Aubry (avant centre). Deux sont d'Adriers : Angélique Bouard (arrière gauche) et Cindy Rodrigués (ailier gauche) et une de Montmorillon en la personne de Mathylde Allais (ailier droit... eh oui ! ).

   Les filles d'Adriers et Mathilde sont benjamines 2ème année et sont accompagnées par les parents d'Angélique pour Adriers et les parents de Mathilde pour Montmorillon. Les filles de La Chapelle Bâton ne connaissent absolument pas les trois filles de l'extérieur sauf pour Mathilde qui a côtoyé Anne Laure Aubry dans un stage de perfectionnement sportif au district de La Vienne. Bien que quelque peu inquiètes nos filles héritent de Soyaux au premier match mais c'est certainement un mal pour un bien car la suite va être bien meilleure et l'équipe va être de mieux en mieux au fil des matches.

   Placées d'entrée en difficultés avec 8 arrières et une seule attaquante (Anne Laure qui a marqué une quarantaine de buts sur les 72 inscrits avec l'équipe 2 de La Chapelle en promotion de ligue), il a fallu composer. C'est suite à son passage au stage du district où j'avais vu Mathilde rayonnante techniquement que j'ai décidé de la placer à droite de l'attaque aux côtés d'Anne Laure. Je pense que c'était un bon choix car hormis le premier match l'équipe s'est bien battue derrière mais a réussi des choses parfois excellentes devant.

   Premier match : Soyaux bat La Chapelle Bâton 2 à 0 (une erreur de défense et une erreur de gardienne... pas de véritable occasion de buts).

   Deuxième match :  La Chapelle Bâton bat Poitiers 4 à 3 (match très ouvert avec de nombreuses occasions de buts de part et d'autre. La Chapelle Bâton a toujours mené dans cette rencontre, Mathylde se procurant un face à face en deux occasions avec la gardienne poitevine qui réalisa un sans faute aux deux fois).

   Troisième match : La Chapelle Bâton bat Limoges 4 à 1 (certainement le meilleur match car Soyaux venait de battre péniblement Limoges par 1 à 0. Mathilde réussissant un but splendide du plat du pied suite à une ouverture précise d'Anne Laure. Elle aura aussi une excellente occasion qui tournera à l'avantage de l'excellente gardienne Limougeaude et elle offrira le quatrième but à Anne Laure suite à un ultime débordement à droite).

   Les autres matches Soyaux bat Landouge (1 à 0), Soyaux bat Poitiers (5 à 0) et Limoges bat Poitiers (2 à 1).

   Voici le classement final de ce tournoi :

Place Equipe Points Joué Buts pour Buts contre
1  Soyaux 12 3 8 0
2  La Chapelle Bâton 9 3 8 6
3  Landouge 6 3 3 6
4  Poitiers 3 Cités 3 3 4 11



   Soyaux et La Chapelle Bâton sont qualifiés pour la seconde phase interrégionale le 21 avril prochain (ou le 20). Mathylde et ses parents ont été prévenus à l'issue de la rencontre.


 

Rémi Bernardeau

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001