.

Toutes les photos

Retour

 Dimanche 6 novembre 2005 - 15h01 - Stade Jean Guillot

   Au point de départ, la croyance est un état mental. Cet état consiste à considérer qu'une certaine représentation est vraie. Par exemple: croire que le ciel est bleu, ou croire que le Père Noël existe. Il faut cependant immédiatement faire une distinction entre "croire que..." et "croire en". Croire que le ciel est bleu, consiste à penser que cette proposition "le ciel est bleu" décrit correctement une réalité. Mais croire en quelqu'un, signifie qu'on a confiance en lui. Dans les deux cas, un état mental subjectif est impliqué. En effet, celui qui croit se place d'un point de vue qui lui est particulier.

   D'un autre point de vue, on doit distinguer les croyances conscientes actuelles et les croyances inconscientes. En effet, je peux penser délibérément que la température est trop froide aujourd'hui, mais je peux aussi, sans y avoir pensé, croire que l'homme n'a pas d'ailes comme les oiseaux. Bien entendu, cette dernière croyance est déduite d'un ensemble de croyances, qu'on peut appeler la sphère des croyances d'une personne. Une croyance peut aussi être inconsciente dans un autre sens, il se peut que je croie, sans le dire, et sans même m'en rendre compte, que monsieur chose est un imbécile ou que les gens qui ont des cheveux roux sont tous agressifs.

   Par ailleurs, un aveugle de naissance ne peut pas croire que "le ciel est bleu" de la même manière que le voyant. Il y a donc une deuxième distinction importante à faire: du point de vue de l'état mental, l'aveugle et le voyant qui croient que le ciel est bleu, ne sont pas dans le même état (ils n'ont pas la même représentation), mais du point de vue de la signification de la proposition "le ciel est bleu", les deux ont la même croyance (la phrase qui dit que le ciel est bleu est vraie). La croyance peut donc avoir un sens psychologique ou un sens logique.
 

   Bon d'accord, je vous l'accorde, se lancer dans de telles considérations philosophiques simplement parce Nicolas pointe un doigt vers le ciel (bleu) et que Vincent adopte une attitude qui peut laisser penser qu'il prie pour qu'il ne leur tombe pas sur la tête dans les 90 minutes qui vont suivre est un peu tiré par les cheveux. Mais bon, fallait bien trouver un texte pour la photo que j'ai choisie. Voilà, voilà.....

   Extrait de "La croyance" de
Raymond-Robert Tremblay, du cégep du Vieux Montréal      © CVM, 1997
   Si la suite vous intéresse : http://www.cvm.qc.ca/encephi/CONTENU/ARTICLES/CROYANCE.HTM

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001