Retour

 Samedi 22 mars 1980

Les deux amis
   Dunkerque - Montmorillon : 0 - 0

   Après trois petites semaines d’interruption dues à la Coupe de France, la «bande à Lekkak », surnom reflétant l’esprit de corps qui l’habite, reprend son bâton de pèlerin destination Dunkerque, où il ne sera pas question de fuir ses responsabilités. On a repris l’avion pour la seule et unique bonne cause le résultat.

   Ce dernier paraît prendre une tournure avantageuse dès la première minute, lorsque Guichard expédie de vingt mètres un bolide sur la barre transversale. Précieux Guichard, qui possède un souffle semble-t-il inépuisable, et qui a conquis à la force du jarret ses galons de titulaire. Une belle revanche pour celui que Poitiers avait trouvé un peu juste techniquement... Avec son compère Ribardière, il n’en a pas moins réussi au-delà du niveau où on l’avait condamné. Les deux amis sont aussi liés sur le terrain que dans la vie, ce qui facilite bon nombre de choses quand l’entraîneur insiste sur la nécessaire solidarité à l’extérieur.

   A Dunkerque, précisément, après un départ « façon formule un », l’équipe subit peu à peu le poids du match. Fort heureusement, Poinot veille au grain, et Delpierre, dont c’est la rentrée, se veut brillant en sa région natale. Le score final, aussi nul soit-il, tombe à pic pour que tout le monde y croie encore.

   Avant le retour, s’organise comme à chaque fois la chasse aux résultats de la soirée. Le grésillement du poste laisse entendre : Lucé et Blois battus à Besançon et Nœux ; Chaumont vainqueur à Limoges crée la surprise ; Châteauroux s’impose face à Quimper.

   A Montmorillon, la cité va s’endormir. Elle pousse un soupir d’aise en apprenant ce partage des points à Dunkerque. La nuit sera douce et bonne...
 

Avec l'aimable autorisation d'Eric Cachart

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001