Retour

 Samedi 26 janvier 1980

Une réponse de Normand
   Montmorillon - Le Havre : 0 - 0

   En s’inclinant la semaine précédente dans le Nord, Montmorillon a fait renaître toutes les interrogations estompées depuis un mois. Le problème à résoudre : savoir si l’équipe va retrouver ses vieux démons, ou au contraire réagir à domicile. L’absence de Gatefait limite les perspectives d’un jeu varié, mais c’est aux autres joueurs de démontrer que leurs vertus valent celles de leur coéquipier suspendu.

   Quel visage la formation normande présentera-t-elle ? Celui de la prospérité offensive, avec l’insaisissable Bansaye, ou celui de la restriction prudente à la recherche d’un point. Autant de questions restent encore sans réponses à l’heure du coup d’envoi.

   Le match, à vrai dire, apporte peu d’éclaircissements, sauf dans le domaine tactique, où le Havre n’a pas innové en se repliant en nombre. On est loin du spectacle espéré, bien que Bajou et ses amis multiplient les assauts vers le but d’Ettore. Cette fougue à le mettre en danger leur fait oublier tous les principes de jeu collectif.

   Bien sûr, les récentes prouesses de Queyrel ont auréolé son image. Ce n’est pas une raison pour axer la conduite des mouvements sur sa seule personne, surtout que celui-ci subit le marquage impitoyable de Creignou et Bourdon. Les centres aériens se multiplient mais tous sont cueillis par Ettore, trop heureux d'une moisson aussi aisée.

   Le score reste vierge et ne contente que les visiteurs qui ont atteint leur objectif. Lekkak déplore ce nouveau point perdu à la maison. Les interrogations d’avant match n’ont pas été totalement satisfaites. En quelque sorte une réponse de Normand. Avec son lot d’incertitudes positives ou négatives.
 

Avec l'aimable autorisation d'Eric Cachart

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001