Retour

 Samedi 1er décembre 1979

Peu importe la manière
   Montmorillon - Quimper : 2 - 1

   L’objectif à atteindre étant de totaliser vingt-sept ou vingt-huit points, l’ensemble composant l’U.E.S.M. a vu avec effroi les matches aller se solder par un maigre capital de dix points. Cela sous-entend que le parcours retour devra être d’une relative perfection. La moindre erreur pouvant hypothéquer les chances de maintien.

   Par conséquent, Lekkak sait que le mois de décembre, avec la réception de Quimper et Blois pour un déplacement à Lucé, sera d’une importance primordiale.

   Doté d’un moral à toute épreuve, il prend le parti que ces trois matches rapporteront cinq points à sa formation. Ses auditeurs tournent la tête et s’interrogent sur ses facultés mentales...
Peu lui importent les observations des uns ou les railleries des autres. Sa ligne de conduite est tracée et il demande à être jugé sur ce qu’il accomplira et non sur ce qu’il dira.

   Etonnant et merveilleux Lekkak. Arrivé au mois d’août à Montmorillon, il était un peu dépaysé, seul dans la commune. A cette époque, notre première prise de contact s’était résumée à un déjeuner au cours duquel sa sincérité et sa chaleur humaine m’avaient incontestablement frappé. Depuis, il a imposé avec plus ou moins de diplomatie sa conception du jeu et de la vie d’un club. Sa plus belle victoire est sans aucun doute d’avoir fait l’unanimité. Sa nervosité qui transpirait pendant la semaine s’épanche à quelques instants du match. Une défaite voire un nul serait aussi un désaveu pour lui.

  
Ses protégés l’aiment trop pour lui causer un inutile chagrin. Gilles Fumeron, puis Alain Meunier, marquent avant le repos. Quimper tente de se reprendre, mais ne peut que réduire le score par la grâce d’un pénalty, généreux et exagéré, accordé par M. Didier.

   Le succès ne souffre aucune contestation puisque Montmorillon n’a jamais laissé souffler Quimper dans la partie. La manière néanmoins, a été enfouie dans le fond des sacs de sport. Qu’importe en fait si les puristes ne se pâment pas devant l’obtention de ces deux points.

   Il fallait gagner. C’est une bonne chose de faite.

   Deux points noirs ternissent le tableau de cette soirée réussie. Gatefait, averti pour un geste de mauvaise humeur sur Barrientos, ne jouera pas samedi prochain à Lucé. Et puis, 1621 spectateurs seulement ! L’assistance paraît réduite à la proportion congrue. Le trésorier rappelle toutefois que le budget est établi sur une moyenne de 1500 personnes. Alors...

Avec l'aimable autorisation d'Eric Cachart

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001