Retour

 Samedi 20 octobre 1979

Le minimum vital...
   Montmorillon - Dunkerque : 1 - 0

  
Passe encore d’être vaincue, la « bande à Lekkak » a mal supporté de l’être dans les dernières minutes à Guingamp. A la colère a succédé en fait une volonté accrue de venger les efforts bafoués. A quelques heures du match, la détermination occupe par conséquent le devant de la scène. Mais, si l’on s’agite a contrario en coulisses, c’est pour se féliciter des deux mille cinq cents personnes garnissant les gradins.

   Dunkerque n’a pas la réputation d’être une équipe tendre, ce qu’elle doit autant à ses propres qualités techniques qu’à une rigueur morale due à un contexte social où l’on ne plaisante pas avec le travail. Or, les footballeurs nordistes, en présence sur le stade de la route d’Haims, disposent de revenus bien supérieurs à ceux de leurs adversaires d’un soir. Pour toutes les raisons précitées, le débat tourne court d’un point de vue qualitatif. Chacune des deux formations attend l’autre... qui ne vient pas. A ce jeu, le public sombre doucement dans une semi-léthargie, et ne se réveille qu’avec le coup de sifflet de l’arbitre annonçant la mi-temps.

   On ne dort pas, mais on somnole néanmoins en seconde période. Les plus courageux voient Gilles Fumeron ouvrir la marque à dix minutes de la fin. Les autres sursautent, puis se passionnent jusqu’au bout, mais leur ténacité n’est pas récompensée par un autre but. Montmorillon a su conserver le fruit miraculeux de sa moisson d’efforts.

   Dans le vestiaire, Lekkak connaît trop bien les choses du football pour ne pas savoir que l’un ou l’autre des visiteurs stigmatisera la pauvreté du jeu présenté. Il devance toute interrogation en louant l’efficacité de ses protégés, avant d’enchaîner ses propos sur l’absence préjudiciable de Queyrel, qui se révèle plus longue que prévu. Ce succès détourne l’équipe de l’impasse dans laquelle une défaite ou un nul l’aurait engagée. A tout dire, l’important se situe pour elle à ce niveau ; doive-t-elle pour cela se contenter du minimum indispensable à l’obtention de deux points.

Avec l'aimable autorisation d'Eric Cachart

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001