Retour

 Samedi 8 septembre 1979

Une histoire de penalties...
Montmorillon - Noeux les Mines : 2 - 2

   Après un point obtenu dans le Loir-et-Cher, la venue de Nœux-les-Mines — un promu que l’on suppose limité — a engendré un courant de confiance sans précédent dans la cité montmorillonnaise. Les joueurs n’échappent d’ailleurs pas à la règle, et leurs conversations tournent autour de ce premier succès qui leur octroierait cinq points pour cinq matches. Savatier, un moment incertain, s’aligne finalement avec ses partenaires face à l’inconnu nordiste chez lequel on remarque cependant de nombreux anciens joueurs du R.C. Lens, et un avant-centre uruguayen, Resola, qui fit autrefois les beaux jours de Lorient.

   Surprise au coup d’envoi : Nœux se montre le plus dangereux en profitant de tous les espaces libres, alors que Montmorillon bute sur un bastion défensif où l’homogénéité et la solidarité tiennent un rôle prépondérant.

   Sur le banc de touche, Lekkak s’énerve et rappelle ses joueurs à l’ordre. Son courroux augmente avec un tir de Dutriaux sur la barre : « on dort, on dort » hurle-t-il, tout en invectivant Grégoire qui ne suit pas Resola dans tous ses replis défensifs. Poinot se couche dans les pieds de Douillet, mais il ne peut rien faire sur une reprise à bout portant de Dutriaux. Décidément, Montmorillon prend un malin plaisir à être mené au score. Cette fois, néanmoins, il paraît inapte à renverser le cours d’une partie qu’il subit. A moins que... A. Meunier s’empare de la balle sur l’aile gauche, s’enfonce dans la surface de réparation et attend le premier contact avec un défenseur nordiste pour s’écrouler.

   Penalty pour Ribardière qui ne laisse pas échapper l’occasion. Tout est à refaire pour Nœux qui attend sereinement le moment de marquer le but décisif. Resola se trouve ainsi idéalement placé pour clouer Poinot sur sa ligne d’une reprise de la tête.

   Il faudrait cette fois un miracle pour que la situation soit modifiée. L’arbitre, Monsieur Vaissière, est-il prophète en son pays ? Toujours est-il qu’il annonce des jours meilleurs aux Montmorillonnais, leur accordant un nouveau penalty pour une faute de main très involontaire de Douillet. Exécuteur des hautes oeuvres, Ribardière remet à nouveau sa formation à flot.

   Le point envolé devant Lucé a eu des remords et a choisi le bon jour pour revenir route d’Haims.

   « C’est une juste compensation » affirme Lekkak qui reconnaît : « si on a cet arbitre sur les trois derniers matches, on a trois points de plus ». Monsieur Vaissière s’est senti très à l’aise dans son arbitrage à Montmorillon, un peu comme s’il était chez lui...

 

Avec l'aimable autorisation d'Eric Cachart

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001